AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Messages : 49
Claryssa Fray




MessageSujet: Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland. Dim 20 Oct - 21:39














❝ Il était un soir... ❞
Ft. Jace ~




Il était déjà presque 23 heures. Il était tard, et à cette heure là, en théorie je devrais surement déjà être au lit, où au moins enfermée dans ma chambre à dessiner. En fait, l'important, est qu'il aurait fallu que je sois chez moi depuis déjà bien longtemps. Ma mère, n'est pas quelqu'un de méchant, bien au contraire, je crois pouvoir affirmer que c'est une femme adorable et aimante...mais peut être trop parfois. Depuis que je suis enfant, elle semble se faire une religion de tout savoir sur mon compte : amis, fréquentations, activités. Je ne suis qu'une ado, je le sais bien, je n'ai pas atteins ma majorité et peut être que c'est quelque chose de tout à fait normal, mais voilà ; j'ai parfois l'impression que c'est trop beaucoup trop. Alors ce soir, tandis que j'accélère encore le pas en frictionnant mes bras pour lutter contre le froid, je ne suis pas spécialement tranquille. Peut être vais-je avoir droit à une scène, une série de questions auxquelles évidemment, je ne répondrais pas totalement, elle le devinera surement, et elle insistera encore jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'il est bien trop tard pour se lancer un grand débat, qu'elle laisse tomber ; et elle reprendra sans aucun doute demain matin. Ou peut être que finalement, elle se sera endormie à force de m'attendre, alors je pourrais tranquillement me glisser dans ma chambre et avec un peu de chance, elle ne se rendra compte de rien, mais pour cette seconde option je l'avoue, j'ai vraiment peu d'espoir. En y réfléchissant un peu, peut être que c'est moi qui cherche la confrontation ! Ce soir, si j'avais écouter Simon, je serais rentrée avant 22 heures, après tout ce n'était qu'une petite soirée, autour d'un café avec son groupe d'ami amateur de musique...bon, d'accord, c'est un groupe de musique, en vrai. Un groupe qui change de nom toutes les semaines.
Je soupirais, je n'étais plus très loin de chez moi, je tournais au coin d'une rue quand un bruit sourd me freina dans mon élan. Des bruits...étranges, étouffés, et puis un bruit de taule, comme une poubelle que l'on serait en train de malmener. Je m'avançais d'un pas, puis un autre, prudemment, je me glissait au coin d'une ruelle d'où les bruits semblaient provenir. Au premier regard, il n'y avait personne. La ruelle était sombre, éclairée d'un seul et unique vieux lampadaire clignotant. Je soufflais. Peut être que je me trompais, ça venait peut être d'ailleurs...mais voilà, alors que le lampadaire jusqu'ici étains se mit à dispenser une faible lumière vacillante, deux ombres apparurent sur le sol. Un nouveau bruit de taule retentit, me faisant sursauter. Je plissait les yeux, n'osant plus avancer. Alors, deux ombres, ou plutôt deux silhouettes sombres parurent. La première, visiblement armée se jeta sur la seconde, qui heurta violemment le grillage, au fond de la rue. Je posait une main devant ma bouche, luttant pour ne pas hurler alors que l'ombre d'un poignard, transperça la seconde silhouette. Pétrifiée par la peur, j'étais incapable de bouger, pourtant il le fallait...c'est alors qu'une sonnerie me parvint aux oreilles. Il me fallut quelques secondes pour réagir : mon téléphone. Je le sortait à la hâte, dispensant une légère lumière autour de moi, pour en couper le son, puis me rendant compte de ma bêtise, je reculait d'un pas, avant de me mettre à courir pour rentrer chez moi.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖

"Moi, c'est Clary.
- Je sais. Joli nom. Du latin Clara, claire, pure !"






Dernière édition par Claryssa Fray le Lun 21 Oct - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tmi-rpg.forumactif.org
avatar
Messages : 47
Jace Wayland




MessageSujet: Re: Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland. Lun 21 Oct - 15:45



Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant...
Feat Clary Fray

Assis devant le grand piano de l'Institut, Jace laissait ses longs doigts fins parcourir les touches de l'instrument, jouant et rejouant le morceau de Bach. Il aimait se laisser bercer par cette mélodie lorsqu'il ne réussissait pas à s'endormir. Vêtu d'un simple T-shirt, d'un jean et ses pieds laissés nus, il avait le regard vague, ne pensant à rien, ses cheveux blonds ébouriffés lui tombant devant les yeux. Sa main rencontra soudainement la mauvaise touche et il arrêta de jouer. Il s'ennuyait. Il avait envie de sortir, de s'amuser et de rencontrer des filles. Sa décision prise, il se rendit dans sa chambre afin d'y récupérer ses godillots et ses armes, juste au cas où...
Laçant ses lacets énergiquement, il cacha ensuite un de ses poignards dans sa botte, puis un à sa ceinture. Il passa ensuite la main dans ses cheveux, réfléchissant à l'endroit où il pourrait aller. Il avait envie de bouger, de s'amuser... Pourquoi pas... Le Charivari? Oui, il s'était décidé.

Quelques minutes plus tard, il était sorti de l'Institut, non sans avoir fait de légers détours dans les couloirs afin d'éviter Alec. L'air frais lui fouetta le visage, lui arrachant un maigre sourire. Il allait enfin pouvoir s'éclater. Les mains dans les poches, il se dirigea lentement vers son but, se matérialisant aux yeux des simples mortels. Il n'avait fait que quelques pas et pourtant il sentait déjà des regards féminins se poser sur lui. Il refréna un sourire. Son visage angélique attirait toujours l'attention des femmes et cela lui plaisait. Marchant au milieu du peuple de Brooklyn, Jace ne cessait de lancer des regards autour de lui. Il avait l'impression d'être suivi, qu'un démon était proche de lui... Jace s'arrêta net et se retourna afin de vérifier si son pressentiment était réel. Là bas. A quelques mètres de lui se dressait un homme fin et élancé, aux cheveux et à la barbe noire. Celui-ci fixait le jeune homme d'un regard sombre.

Jace pesta et se tourna à nouveau. Pourquoi fallait-il que le jour où il veuille s'amuser, une espèce de montre le suive? Le jeune homme jura, il n'avait que deux couteaux sur lui. Bah. Ça serait amplement suffisant. Il était fort et agile, ce démon finirait vite six pieds sous terre. Une main dans la poche et l'autre sur la poignée de son arme, il décida de tourner lors de la prochaine impasse qu'il rencontrerait.

Après plusieurs mètres, il obliqua sur sa droite et se dirigea vers le fond de la ruelle, redevenant invisible aux yeux des humains. Une échelle en fer menant au appartement y prenait place. D'une main, le jeune homme se hissa sur les premiers barreaux afin de se dissimuler dans l'ombre, et de là, attendit. Le démon ne tarda pas à arriver et commença à regarder dans tous les coins pour finalement fixer son regard là où s'était perché Jace. Ni une ni deux, le jeune homme s'élança et bouscula le monstre qui commença à se transformer pile au moment où le lampadaire se décida à s'éteindre. Ne bougeant plus, Jace dressa l'oreille, cherchant à savoir où se trouver le démon. L'ampoule se décida à clignoter faiblement et le jeune eut à peine le temps d'esquiver le monstre qui fonçait droit sur lui. Attrapant son deuxième poignard, il lui taillada l'un de ses bras avant de le repousser d'un coup de pied, l'envoyant valser contre une benne qui se renversa et déversa son contenu d'immondices sur le sol. Jace fronça le nez de dégoût avant de se ruer sur la bête pour un combat au corps à corps. Il fit plusieurs moulinets avec ses armes, transperçant le corps du monstre à quelques endroits. Enragé, la bête sauta sur le garçon qui tomba à terre, la monstruosité au dessus de sa tête. Ramenant ses pieds contre son torse, il la rejeta et se précipita sur elle, la collant contre le grillage, lui enfonçant sa lame dans le corps. Mollement, le corps s'effondra à ses pieds tandis qu'il remettait ses cheveux en arrière d'un geste de la main.

Soupirant, il nettoya ses lames sur les manches de son blouson avant d'être interrompu par le bruit d'une mélodie qui se faisait de plus en plus forte. Tournant la tête vers l'origine du bruit, il vit à l'autre bout de la ruelle paraître une petite lumière, il fit quelques pas vers elle avant que celle ci ne s'éteigne et qu'une fille rousse ne surgisse de derrière une benne et ne s'enfuit. Surpris, le jeune homme se mit à la poursuivre, se fondant parfaitement parmi les rares passants encore dehors. La demoiselle courrait à en perdre haleine mais Jace était habitué à ces courses poursuites, ainsi son corps ne ressentait plus aucun douleur lorsqu'il se lançait dans une poursuite effrénée. La rousse s’arrêta alors devant une maison et après avoir lutté pour ouvrir la porte, y entra précipitamment, laissant le jeune homme contempler la forme sombre se découpant derrière la vitre. Il passa l'une de ses mains dans ses cheveux, réfléchissant. Cette fille semblait les avoir vu, le monstre et lui dans la ruelle alors qu'il s'était assuré de redevenir invisible. Qui était-elle? Jace se promit de faire quelques recherches sur elle, quitte à l'espionner...


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.

✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 49
Claryssa Fray




MessageSujet: Re: Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland. Lun 21 Oct - 22:28














❝ Il était un soir... ❞
Ft. Jace ~




Pour moi ce que je viens de voir, c'est quelque chose dont on entends parler tout les jours à la télé, à la radio, sur le net, mais dont on se sent à l'abri pour une raison stupide : ça n'arrive qu'aux autres. Cet homme, que j'ai à peine vu, viens de tuer un autre homme...et maintenant, mon manque de réaction, mon téléphone dont le son est toujours au maximum, vont peut être me coûter la vie à moi aussi...Alors je cours, je cours sans m'arrêter pour traverser, sans prendre le temps de respirer, mes poumons sont en feu, un point de côté naissant, mais je continue de courir parce qu'à ce moment pour moi courir, c'est sauver ma peau. Encore quelques secondes, et voilà que l'immeuble où j'habite apparait à mes yeux. Je me précipite à la porte, cherchant mes clés dans ma poche et ouvrant à la hâte la porte du hall avant de me faufiler à l'intérieur et de refermer derrière moi. A l'abri, je souffle, je tente de reprendre ma respiration du mieux que je le peux, puis je m'avance dans le hall sombre et entreprend de monter les escaliers, arrivant à la porte de l'appartement que je partage avec ma mère, j'ouvre cette nouvelle porte, entrant en silence.
A l'intérieur de l'appartement, il règne comme d'habitude une odeur de peinture. Il fait noir. Aucune lumière ne semble allumée. Finalement, maman à dû s'endormir .. tant mieux. Après ma mésaventure, je n'ai pas envie de discuter. Je retire ma veste, l'accrochant au porte manteau de l'entre, puis j'avance...maman est là. Comme à son habitude, elle s'est assoupie dans le canapé, avec un livre entre les mains. Je remonte la couverture sur ses épaules, avant de passer à la cuisine pour boire un verre d'eau. Enfin, je me dirige vers ma chambre, jetant mon sac sur mon lit. Par réflexe, je regarde par la fenêtre, je suis peut être chez moi maintenant, mais je ne suis pas tranquille, peut être que j'ai été suivie ... J'examine la rue, il n'y à rien, il n'y à personne, pas même un chat errant. Je soupire, soulagée, puis m'étale sur mon lit, attrapant mon carnet de dessin. Pour moi, c'est un journal. Ma version à moi du journal intime, que je ne rempli pas de mots, mais de dessins. C'est ma façon de m'exprimer. Ma façon de me confier à un vulgaire cahier, comme beaucoup d'autres filles de mon âge je suppose. Distraitement, sans prêter attention à ce que je fais, je laisse ma main armée d'un crayon se promener sur le papier...quand je pose enfin les yeux sur ma feuille, c'est encore ce symbole qui apparaît à mes yeux. Ce même symbole que je dessine depuis quelques jours, parfois malgré moi, que je vois parfois dans mes rêves, sans même savoir ce qu'il peut bien signifier, s'il signifie même quelque chose. Je le contemple un moment, un long moment...et puis finalement, je m'endors, mon carnet posé sur mon ventre.
C'est la sonnerie de mon téléphone qui me réveille le lendemain matin. Il est encore tôt, j'ai du mal à ouvrir les yeux et il me faut quelques minutes avant de réussir à distinguer ma chambre. J'attrape mon téléphone : Appel Manqué. Forcément. C'est Simon. D'ailleurs, c'est aussi l'auteur du message d'hier soir. Il voulait s'assurer que j'étais rentrée...je ne lui ai pas répondu. Peut être est-il inquiet. Je lui envoi un rapide message, avant de me lever en baillant, laissant mon carnet tomber au sol. Je n'y prête pas attention, je me lève, et me dirige directement à la salle de bain pour prendre une douche, et m'habiller ensuite. Je sèche mes cheveux, et finit enfin par rejoindre la cuisine. Ma mère est là. Elle me lance un regard interrogateur auquel je ne réponds pas, me contentant d'avaler un petit déjeuner. Bizarrement, elle ne tente rien ce matin. Elle me laisse manger tranquillement, elle me laisse même aller chercher mes affaires, et sortir, se contentant de me demander d'être à la maison pour le déjeuner. En claquant la porte, je hausse les épaules, et descend les escaliers en envoyant un message à Simon. Enfin, je sors de l'immeuble.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖

"Moi, c'est Clary.
- Je sais. Joli nom. Du latin Clara, claire, pure !"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tmi-rpg.forumactif.org
avatar
Messages : 47
Jace Wayland




MessageSujet: Re: Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland. Mar 22 Oct - 16:21



Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant...
Feat Clary Fray

Qui était-elle? Jace se promit de faire quelques recherches sur elle, quitte à l'espionner...

Les pieds ancrés sur le morceau de trottoir, Jace resta pendant quelques secondes à contempler la porte, réfléchissant sur ce qu'il devait faire. Voyant une lumière s'allumer à l'étage, il tourna la tête afin de chercher un appui qui lui permettrait de se mettre en hauteur. Avisant un arbre sur le trottoir d'en face, il s'y précipita et y grimpa. Lorsqu'il fut à la hauteur du premier étage, il s'arrêta et s'assit sur la branche, attendant. L'inconnue semblait s'être enfermée dans sa chambre et scrutait maintenant la rue, sans doute pour vérifier si personne ne l'avait suivi. Jace réprima un sourire. Si elle savait... La rousse sembla momentanément soulagée par ce qu'elle avait vu et s'assit sur son lit, prenant un carnet en main. Pendant quelques minutes, le jeune homme l'observa, la tête penchée, attiré par l'éclat de ses cheveux et par ce qui se dégageait d'elle, et, finalement elle s'endormit, le laissant pantois. Il la fixa encore pendant une dizaine de minutes, puis secoua la tête, reprenant ses esprits. Qui qu'elle soit, il était certain de ce qu'il avait vu. Cette fille les avait remarqué, le démon et lui, alors qu'ils étaient censé être invisible aux yeux des humains...

Redescendant de l'arbre où il était perché, Jace se décida à retourner à l'Institut. Au diable la fête et l'amusement ! Cette fille lui trottait maintenant en tête et il voulait découvrir qui elle était réellement, et la bibliothèque de l'Institut regorgeait de livres en tous genres qui l'aideraient certainement dans ses recherches. Il souffla, légèrement excédé par le fait d'avoir à faire des recherches sur une fille dont il ne soupçonnait même pas l'existence plutôt que d'aller s'amuser avec des filles. Les mains dans les poches, il marcha tranquillement jusqu'à l'Institut. Y entrant doucement afin de ne pas se faire pincer par Alec ou encore Isabelle, il se dirigea vers la bibliothèque. Pendant quelques minutes, il chercha dans les rayons poussiéreux les livres qui pourraient l'intéresser. Il en choisit trois et se cala dans un bon fauteuil. Durant trois bonnes heures, Jace tourna et retourna les pages, cherchant le pourquoi du comment cette rousse pouvait le voir. Au bout d'un moment, ne trouvant rien, il posa la tête contre le dossier et ferma les yeux pour se reposer. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il se réveilla trois heures plus tard ! Ronchonnant, il se redressa d'un coup et fit tomber la pile de livre dont l'un s'écrasa en s'ouvrant. Surpris, il se pencha et commença à lire, son visage s'éclairant. Il attrapa sa veste et sortit à nouveau de l'Institut, direction: l'immeuble de l'inconnue !

Arrivé devant l'immeuble, il décida de se poster sur le trottoir d'en face afin d'observer la rousse à la volée. Le soleil avait déjà pointé une bonne partie de son nez et il espérait qu'elle n'était pas déjà partie. Une porte claqua soudain et Jace releva la tête. La jeune fille venait de sortir et dévalait les escaliers. Rester à savoir si elle allait le voir ou non, si elle possédait le don - rare mais existant - de " Seconde vue " ou si elle était comme lui, un Shadowhunter...


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.

✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 49
Claryssa Fray




MessageSujet: Re: Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland. Jeu 24 Oct - 12:26














 ❝ Il était un soir... ❞
Ft. Jace ~




J'avais prévue ma veste, mais en sortant de l'immeuble je m'apercut que finalement il ne faisait pas si froid ce matin. L'automne était pourtant déjà bien présent sur New-York, les feuilles commençaient à tomber des arbres un peu partout, étalant un tapis roux sur le sol. M'arrêtant en bas des marches, je rangeais mon téléphone dans ma veste, ouvrant un peu ma veste. Je levais les yeux. Comme d'habitude le matin, il n'y avait pas grand monde dans la rue à part cette vieille dame qui allait chaque matin, faire ses courses pour la journée, et ce type, planté sur le trottoir d'en face, habillé tout de noir, une capuche sur la tête. Il me faisait penser ... à un assassin. Cette pensée me fit frissonner, je repensais immédiatement à ce que j'avais vu la veille. Je reculais d'un pas, puis fis un pas de côté pour m'éloigner d'abord doucement, puis accélérant un peu le pas. J'avais pourtant tout mon temps, Simon n'étant pas tellement du matin, en général si on devait se voir si tôt j'avais pris l'habitude de traîner les pieds, de prendre tout mon temps sur le chemin, de regarder à droite à gauche, chaque recoin de rue, de parc. Ça m'aidait parfois à trouver de l'inspiration, des choses à dessiner en rentrant le soir, autre que mes dessins habituels que parfois je commençais à trouver affreusement banaux. Aujourd'hui, pas le temps. Ou plutôt, je n'avais aucune envie de prendre mon temps, j'avais de nouveau la peur au ventre, la peur d'être suivie, traquée. Peut être que je me faisais des idées, peut être que je devenais un peu parano à force d'écouter ma mère me mettre en garde sur un peu tout et rien...ou peut être que j'étais dans le vrai, et dans ce cas là, j'avais raison de fuir. J'arriverais seule au Java Jones, j'y attendrais Simon une heure s'il le faut en me gavant de viennoiseries et de café, mais j'avais dans l'idée que là bas, au moins, je serais en sécurité. Après tout, c'est un café, il y à des gens, c'est un lieu public, il ne pouvait rien m'arriver là bas, à la vue de tous.
Je pressais encore le pas, comme prévu malgré ma force ouverte, je commençais à avoir chaud. En fait, j'étais pratiquement en train de courir, moi qui ne souhaitait que "marcher vite", j'étais en réalité en train de piquer un sprint sans vraiment m'en rendre compte. Quand le Java Jones apparut devant mes yeux, je fut comme soulagée. Mon pas, se fit plus léger, je me remis à marcher jusqu'à la porte du petit café, et y entrais rapidement. Il n'y avait pas grand monde. Le Java Jones connaissait ses pics d'affluence le soir en général, en organisant des soirées pour les "Jeunes Artistes" auxquelles Matt, un ami de Simon adorait participer...même si à mon gout, ses poèmes était totalement nuls. Je reprenais mon souffle avant de me diriger vers le comptoir, de me commander une viennoiserie bien calorique, un bon cappuccino, et de finir par aller m'asseoir dans un coin, m'affalant sur une baquette après avoir déposer mon deuxième petit déjeuner sur la table. Je regardais une dernière fois un peu partout, puis sortit de mon sac mon carnet pour me mettre à dessiner.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖

"Moi, c'est Clary.
- Je sais. Joli nom. Du latin Clara, claire, pure !"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tmi-rpg.forumactif.org
avatar
Messages : 47
Jace Wayland




MessageSujet: Re: Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland. Jeu 24 Oct - 14:22



Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant...
Feat Clary Fray

Rester à savoir si elle allait le voir ou non, si elle possédait le don - rare mais existant - de " Seconde vue " ou si elle était comme lui, un Shadowhunter...

Les bras croisés, adossé contre un arbre, Jace regarda la jolie rousse descendre les marches quatre à quatre et ouvrir sa veste afin d'y ranger un objet que Jace ne sut identifier, étant trop loin. Et là, elle décida de relever les yeux. Elle sembla regarder autour d'elle, mais mis à part lui, il n'y avait dans la rue qu'une vieille femme avançant avec l'allure d'une tortue, se dandinant comme un canard. Jace grimaça. Il détestait les canards. Détournant l'attention de la vieille, il scruta de nouveau la rousse qui le fixait maintenant avec effroi. Un sourire narquois prit place sur le visage du jeune homme. Il le savait. Elle le voyait, il en était maintenant sûr. Pendant quelques secondes, il la vit hésiter, ne sachant que faire, puis elle partie d'un pas décidé et rapide vers droite. Le garçon se redressa et s'étira doucement, faisant craquer quelques vertèbres. Apparemment la demoiselle semblait être effrayée par son attitude. Il éclata de rire. En quoi lui faisait-il peur? Il avait l'apparence de tous êtres humains, bon d'accord, il était mieux que ces ordinaires Terrestres, plus beau, plus fort. Mais en aucun cas il ne faisait peur à voir. Il s'amusa à imaginer la tête de la pauvre fille si elle devait un jour se trouver face à un Vorace. Là elle aurait raison de trembler oui. Soupirant, il avança lentement à sa suite, les mains dans les poches, un sourire mesquin sur les lèvres. Comme c'était drôle de voir cette fille essayait de lui échapper. Personne ne lui échappait. Jamais.

La jeune fille accélérait toujours l'allure devant lui et pourtant elle ne s'était pas retournée une seule fois. S'était-elle au moins rendu compte qu'elle était suivie ou était-elle toujours aussi paranoïaque?
Elle recommença à marcher après un petit sprint qui valu à Jace d'accélérer lui aussi le pas. S'arrêtant à quelques pas d'elle, il la vit entrer dans un café, le Java Jones. Jace haussa un sourcil, ne connaissant pas cet endroit. Il s'avança jusqu'à la grande fenêtre et regarda à l'intérieur. La jolie rousse venait de prendre commande et s'installait maintenant sur une banquette, dans un coin de la pièce. Après avoir jeté un regard autour d'elle, elle sortit un carnet et commença à griffonner.

Quelques minutes passèrent durant lesquelles Jace hésita sur la manière dont il avait à se comporter. Il se décida alors à entrer dans le café et alla se poster sur la banquette se situant en face de la fille qui, concentrée dans ses activités, ne l'avait pas entendu arrivé. Il s’apprêtait à se racler la gorge pour annoncer sa présence lorsqu'un jeune homme particulièrement banal s'avança vers la rousse, la salua, et prit place à côté de Jace s'en le voir. La rousse releva alors les yeux, et Jace eu la joie de voir la surprise éclairait son visage...


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.

✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 49
Claryssa Fray




MessageSujet: Re: Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland. Lun 28 Oct - 19:48


















 ❝ Il était un soir... ❞
Ft. Jace ~




Ici, dans ce café, je me sentais enfin en sécurité, un peu comme chez moi. En fait, c'était surement parce que j'avais l'habitude de venir ici, avec Simon en général, pour boire un café, manger un bout, squatter un endroit chaud en hiver, et certain soirs pour écouter les affreux poèmes de Matt...mais uniquement pour faire plaisir à Simon. Le Java Jones, était un café assez fréquenté sans l'être trop et c'était sans aucun doute possible ce qui m'attirait le plus ici, en général, je n'aimais pas particulièrement les foules immenses, le bruit, ou les bousculades.
J'étais parfaitement bien installer sur ma banquette de simili-cuir, dans ce petit coin un peu à l'écart, avec mon carnet sur les genoux. Javais concentrer mon attention sur les petits dessins que j'étais en train de faire. Des choses et d'autres. Parfois sans intérêt, que je dessinais juste pour m’entraîner à un peu tout les styles comme me l'avait plusieurs fois conseiller maman. Des coups des fruits, de la vaisselle, des poupées, un carrousel, quelques perspectives, des silhouettes humaines, d'autres un peu plus difformes, et actuellement des yeux au style manga que j'appréciais particulièrement exploiter. Je ne savais pas depuis combien de temps j'étais là. Une heure ? Peut être moins. En tout cas j'avais déjà noirci deux pages, et j'entamais la troisième avec des essais sur les mains, c'est à ce moment qu'une main se posa sur mon épaule, me faisant sursauter, je manquais de renverser mon café. Je lançait un regard noir à Simon, qui venait d'arriver. Il lâcha un petit rire, avant de s'affaler en face de moi en me lançant un truc comme : "T'es sur les nerfs ?'. Sur les nerfs, moi ? Stressée ? Non, absolument pas. Bon, d'accord, un peu, juste un peu. Mais c'est à cause d'hier soir, et c'est à cause de ce type ce matin...qui si ça se trouve, était un type tout à fait banal qui attendait sa copine, ou sa sœur, ou je sais pas trop. Quoi qu'il en soit, alors que je soupirais en rangeant mon carnet, je me sentais un peu bête d'avoir prit la fuite en sortant de chez moi, comme si j'avait eu la mort aux trousses. Je devenais paranoïaque. Plus de doute.


    - Je dois manquer de sommeil, je sais pas, me contentai-je de répondre.


Mais alors que je me redressais, pour avaler une gorgée de mon café, et peut être enfin goûter à ma viennoiserie qui m'attendait encore dans son sachet en papier...je me figeais. Ignorant les appels de Simon qui agitait la main devant mon visage pour essayer de me faire réagir. Il était encore là. Assit, juste en face de moi. Depuis combien de temps ? Aucune idée, je ne l'avais pas du tout remarquer avant. Et Simon, qui avait presque manquer de s'asseoir dessus ... il ne l'avait pas vu ? Non, c'était pas possible. Ce type était bien réel, il était là. Je le voyais, assit à la même table que moi ! Comment avais-je pu ne pas le voir avant ?


    - Qui êtes vous ?


J'avais lâcher ça, sans prendre le temps de me soucier de Simon, qui venait de se figer à son tour. Il lâcha un "Quoi ? Bah, c'est moi. C'est Simon." Je secouait la tête. Il se fichait de moi ? Ou alors ses problèmes de vu avait-ils empirer depuis hier ?


    - Pas toi, idiot ! Lui ! répondis-je en le regardant enfin, pointant le blond du doigt.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖ ✖

"Moi, c'est Clary.
- Je sais. Joli nom. Du latin Clara, claire, pure !"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tmi-rpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland.

Revenir en haut Aller en bas

Il était un soir, un soir tout à fait banal, et pourtant. ~ PV. Jace Wayland.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'homme n'est tout à fait humain que lorsqu'il joue ♥︎ Kyaw
» Allons au cinéma ce soir...
» Ma mère m'a dit un jour qu'une mauvaise nouvelle, n'était qu'une bonne nouvelle déguisée. -C'était avant qu'elle t'abandonne ? -Oui, tout à fait. ✖ Sid
» [Terminé] Une soudaine envie de parler. (PV Elena. A Armstrong)
» La goutte d'eau qui fait déborder le vase (pour qui veut)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to City of Bones :: New-York :: Brooklyn. :: Park Slope.-